Combler nos besoins non satisfaits qui génèrent des émotions négatives

« Tout comportement vise à la satisfaction d’un besoin » disait Abraham Maslow. Il n’y a pas de comportement sans besoin. Mais quels sont ces besoins ?


Les besoins physiologiques

Il y a d’abord les besoins physiologiques. Respirer, éliminer, dormir, boire, manger… Le besoin de sensations, vivre à une température convenable, ni trop chaud ni trop froid. La pulsion sexuelle fait partie, elle aussi, des besoins physiologiques.

Dans notre société ces besoins physiologiques, sont plutôt bien satisfaits sur le plan quantitatif.

Pourtant, nous ne pouvons plus lire un journal ou regarder une émission de télévision, sans qu’on nous dise que nous mangeons mal, que nous dormons mal, que nous respirons mal, etc.

Il y a beaucoup à gagner dans une meilleure satisfaction qualitative de ces besoins : du plaisir, moins de stress et une meilleure santé.


Les besoins de sécurité

Ensuite, viennent les besoins de sécurité. Ils sont de trois ordres:

Le besoin de se sentir protégé. On ne va pas dans n’importe quel pays, n’importe quand ou dans n’importe quartier à n’importe quelle heure. Nous construisons des maisons bien isolées avec des portes, des volets, des serrures pour nous protéger des intempéries et des intrus. Et nous apprécions la compagnie de certaines personnes avec qui nous nous sentons particulièrement en sécurité.

Ensuite, le besoin de prévoyance. Il fait aussi partie du besoin de sécurité. Nous avons pu satisfaire nos besoins jusqu’ici : manger, boire, nous loger etc. Mais demain ? Alors nous mettons de l’argent de côté, nous ouvrons des comptes d’épargne, de placement, de retraite, etc. Et en cas d’accident, nous nous assurons. Nous assurons notre voiture, notre maison, notre téléphone, notre santé, notre vie, celle de notre famille, etc. De même, nous aimons avoir des conserves dans nos placards, du vin dans notre cave, du bois sous notre hangar et nous allons vite faire le plein d’essence à l’annonce d’une grève. Enfin, toujours dans le besoin de sécurité, nous avons besoin de structure.

Besoin d’ordre, de lois, de règles, de repères et de limites. Nous nous sentons en difficulté dans un pays dont on ne connaît pas les lois, dans un groupe dont on ne connaît pas les règles. Ou tout simplement anxieux devant une pièce en désordre. Bien sûr ces besoins, comme les autres, sont subjectifs. Chacun peut vivre ces besoins à des degrés très différents. Certaines personnes vivent toutes portes ouvertes quand d’autres, ferment à double tour. Certaines personnes sont insouciantes face à l’avenir quand d’autres ont besoin de tout prévoir. Enfin, certaines personnes n’ont besoin que de très peu d’ordre quand d’autres angoissent quand un objet n’est pas à sa place.


Les besoins d’amour et d’appartenance

Le besoin d’amour. Maslow le définit comme une faim de relation. Le besoin d’établir et d’être en relation avec d’autres personnes. C’est l’amour dans le couple, l’amour dans la famille, mais aussi l’amitié. Les relations dans notre travail, dans la vie sociale ou même ce besoin que nous avons parfois de parler avec notre voisin dans un train ou une file d’attente.

Le besoin d’appartenance dont parle Abraham Maslow, c’est le besoin d’avoir sa place dans un groupe, d’être accepté dans ce groupe. Dès la naissance, nous avons besoin d’avoir une place entre nos parents et nos frères et sœurs dans la maison. Notre nom propre signe notre appartenance à une famille. Puis nous avons notre place à l’école, au collège, dans une association une entreprise, dans notre commune notre quartier, notre diocèse, etc.


Les besoins d'estime et  de reconnaissance

Puis viennent les besoins de reconnaissance. Reconnaissance et estime. Estime de soi, estime des autres. Le besoin de reconnaissance est d’abord le besoin d’être reconnu dans sa compétence. En cela il devient un formidable moteur pour développer ses compétences.


Les besoins de réalisation

Enfin, tout en haut de la pyramide : le besoin de réalisation. C’est un besoin qui nous pousse à réaliser notre potentiel. Nous sentons tous que nous avons en nous des possibilités que nous n’avons pas exploitées. C’est le moteur qui a poussé les hommes à créer la philosophie, l’art, la science, la spiritualité, par exemple. C’est la quête du sens, du bonheur, de la transcendance. C’est le besoin d’avoir un travail intéressant, de pouvoir y découvrir de nouvelles choses, d’innover, d’inventer.

C’est ce besoin qui vous pousse à peindre, à écrire des poèmes, à lire les philosophes, à vous

Intéresser à la spiritualité, au développement personnel ou tout simplement à être heureux.

Un besoin non satisfait est générateur de stress. Pour réduire ce stress et diminuer l'impact des émotions négatives qui nous traversent, il nous faut apprendre à satisfaire nos besoins.

Cela passe par différentes étapes:

Savoir quels sont les besoins humains

Apprendre à les ressentir, à les identifier,

Les accepter : ils sont légitimes,

Savoir faire la différence entre vos besoins et vos désirs : c’est très important. Vous devez satisfaire vos « vrais besoins », et non pas chercher à satisfaire tous vos désirs. D’ailleurs, ce n’est pas possible et ce n’est pas souhaitable.

Et puis, vous devez agir pour les satisfaire. Agir, c'est-à-dire être actif :

                              Savoir demander de l’aide à d’autres personnes,

                              Savoir refuser les demandes qui vous contrarient.


Un petit exercice ?

Cet exercice a pour but d'apprendre à détecter le besoin souvent "caché" qui se cache derrière une émotion vécue comme désagréable. Identifier ce besoin permet d'adopter une stratégie pour tenter de le combler, plutôt que de rester figé sur l'émotion désagréable, qui débouchera sur une frustration.


Consigne :


Dessiner un tableau à 6 colonnes que vous nommez: SITUATION, ÉMOTION, REPRÉSENTATION, SENS, BESOIN, ACTION.

Lorsque vous constatez que vous ressentez une émotion désagréable remplissez une ligne du tableau. Remplir chacune des 6 colonnes du tableau pour chaque situation:

Situation : On décrit rapidement l'événement ou la situation qui a déclenché la contrariété. On  inscrit aucune émotion, ni aucune pensée, mais uniquement des faits. (Par exemple : j'ai laissé un message téléphonique à mon ami et il ne m'a pas rappelé)

Émotion : Nommer, décrire et évaluer le plus précisément possible les émotions ressenties.

L'émotion globale est à décomposer en terme de : tristesse, colère et anxiété  qui sont souvent les trois principales composantes d’une humeur négative. Notez le pourcentage de chacune

Vous pouvez éventuellement en ajouter d’autres (frustration, dégoût, peur etc...).

Représentation : C'est la liste de toutes les pensées qui nous passent par la tête et qui nous rendent malheureux, anxieux, ou en colère. Ce peuvent-être des images, des sensations, des dialogues. Décrivez ce qui se passe dans votre tête, ce que vous vous dites, etc…

Sens : Quel sens ces représentations mentales donnent-elles à vos émotions ?. Qu'est-ce qu'elles vous permettent de comprendre ?

Besoin : Quels besoins, finalement ces émotions expriment-elles ?

Action : Pour satisfaire vos besoins, vous devez agir. Parfois un geste, un comportement simple suffit. Parfois, il faut mettre une véritable stratégie en place. Comment tentez-vous de combler ces besoins ?

Que mettez-vous en place ? Quand ? Comment ? … Décrivez votre stratégie


En résumé

Décrivez brièvement la situation

Quelle est cette émotion ?

Quelles sont les pensées, images, dialogues, représentations mentales qui me traversent ?

Quel sens ces représentations mentales donnent-elles à cette émotion ?

Quel BESOIN à combler identifiez-vous ?

Que pouvez-vous faire ou qu'avez-vous fait pour combler ce besoin ?


Auto coaching: combler ses besoins


Les besoins génériques se traduisent par des désirs spécifiques qui peuvent être des moyens de les combler.




7 vues